L'homme est une maman comme les autres
L’homme est une maman comme les autres
Penser plutôt que panser
14 mars 2018
7ème ciel et cheveux blancs : l’amour à tout âge !
11 avril 2018

Il est loin le temps où les pères ne commençaient à se pencher sur leur progéniture qu’à partir du moment où elle savait dire « papa ». Aujourd’hui, ils sont nombreux à s’impliquer dès la grossesse et je ne parle pas seulement de ceux dont le ventre s’arrondit au même rythme que celui de la maman ! Ils participent aux cours de préparation, assistent à l’accouchement et coupent le cordon.
C’est une belle entrée en matière pour que le nouveau-né tisse des liens avec son père et lui laisse une place au milieu de la relation fusionnelle et physiologique qu’il a entretenue jusqu’alors avec sa maman. Même si les deux parents ne la vivent pas de façon identique, une naissance c’est une grosse charge émotionnelle, un maillon nouveau dans la famille en devenir. On oublie parfois que le bébé se conçoit à deux et qu’il peut donc être accueilli à deux. Quand tout se passe bien, la présence du père est plus bénéfique que celle d’un environnement médicalisé. (rappel ici et ici).

Et la nuit, alors ?

Si l'on constate une nette évolution des mœurs, le père est encore souvent plus toléré qu’impliqué dans la phase d’accouchement et il y a peu de place pour lui à la maternité la nuit venue. Un petit tour sur les forums qui abordent le sujet et les témoignages de femmes sont nombreux à relater une absence de solution pour que leur compagnon puisse passer la nuit avec elle et bébé. Entre fauteuils inconfortables, matelas posé à même le sol et combine avec les équipes qui ferment les yeux sur leur présence clandestine, rien ne les encourage à rester. Le papa doit repartir chez lui avec son gros baluchon d’émotions. Francine Dauphin – sage-femme depuis 50 ans – s’insurge contre ces habitudes et témoigne qu’aujourd’hui encore « à l’hôpital, c’est un exploit d’amener le personnel à accepter l’idée que les hommes peuvent s’occuper du bébé»*.
Certains établissements font le choix de structures accueillantes qui prennent en compte la présence du père, même la nuit. Ce n’est pas la majorité des cas même si le sujet revient régulièrement sur la table. Alors que la question de l’allongement du congé paternité est à l’étude pour lui permettre de s’impliquer davantage, ne laissons pas les contingences matérielles le priver des premières heures de sommeil de son bébé.

Une première nuit à trois

Et pour cela, chacun son espace pour dormir :


Maman dans son lit

Télécommande à portée de la main pour trouver la position adéquate à ses premières heures de repos. Esthétique hôtelière ou hospitalière, plusieurs alternatives s’offrent à vous : Image3, Eleganza2 ou Eleganza1.

 

Bébé dans son berceau

Tout près du lit de maman, entouré de transparence pour être admiré par ses yeux enamourés. Avec Mimi vous avez le choix entre plusieurs coloris acidulés.

 

Papa dans son fauteuil

Qu’on aura déplié en lit pour ne pas le soustraire à ce rôle de père qu’il attend depuis 9 mois et lui permettre de prendre le relais auprès de son enfant, pendant que maman se repose. En journée, ce fauteuil accueillera la maman pour l’allaitement.

CG


*Mieux accoucher, c’est possible - Francine Dauphin et Dr Denis Labayle

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *