Sortir de l’hôpital sur ses deux jambes !
Sortir de l’hôpital sur ses deux jambes !
Le syndrome du sac de linge !
15 novembre 2017
La réanimation : lieu de vies
28 novembre 2017

Je suis entrée à l’hôpital il y a quatre jours

J’ai 83 ans et je me suis fracturé la hanche, bêtement, en trébuchant sur la bordure du parterre de roses qui sent si bon, en contrebas du jardin dans la résidence où je vis depuis six mois. Maintenant j’attends. J’attends que l’infirmière passe me refaire mon pansement. J’attends qu’on m’aide à sortir de mon lit. Il faut marcher, a dit le médecin, le plus souvent possible. J’ai voulu descendre de mon lit toute seule, mais il est trop haut et j’ai peur de tomber. Celui que j’ai à la résidence est tellement plus pratique que celui de l’hôpital. J’appelle l’infirmière, elle dit qu’elle va m’envoyer quelqu’un. Je n’ose pas insister.
Il faut marcher, a dit le médecin. Et ça fait quatre jours que dans le service où je suis hospitalisée on me dit d’en profiter pour me reposer !

Fiction ou réalité ?

J’aimerais vous dire que la situation de ce récit étant purement fictive, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ne serait que fortuite. Malheureusement, il n’en est rien et l’hospitalisation d’une personne âgée peut s’avérer dramatique en terme de perte d’autonomie. Les établissements hospitaliers ne sont pas toujours équipés pour ce public aux contraintes spécifiques et, à ce jour, 10%* des dépendances iatrogènes liées à l’hospitalisation des personnes âgées pourraient être évitées grâce, entre autre, à du matériel adapté.

Un patient qui se sent en sécurité récupère plus vite

Linet est capable d’apporter une solution aux recommandations de la HAS** en terme de matériel : Image 3, le lit bas qui trouve aussi bien sa place en hébergement que dans un service de soins. Adapté et sécuritaire il favorise l’indépendance et la mobilisation précoce des patients âgés. Il aide à prévenir le syndrome de l’immobilisation, lourd de conséquence : perte rapide de la masse musculaire, perte d’autonomie, hausse du taux de réhospitalisation.
Les plus d’Image 3 : des demi-barrières modulables pour la sécurité et l’aide à la mobilisation, une hauteur basse à 28 cm et une hauteur de jour à 42 cm, une veilleuse de nuit pour aider à l’orientation la nuit, une alarme de frein pour éviter les chutes dues à un lit non freiné. Il vous donnera les moyens d’envisager autrement l’hospitalisation d’une personne âgée.


Image 3 : se libérer des contraintes logistiques pour se consacrer aux patients

CG.

Partager

1 Comment

  1. dragon29100 dit :

    j’ai une Multi pathologie et pourtant de nos jours je ne rentrerais à l’hôpital qu’inconscient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *